• adljvendee

Dune boisée dune condamnée actualité dune de la Mine - mai 2022

Updated: Jun 13




Ce site magnifique serait-il condamné à être détruit par le piétinement ? Ce bosquet d'yeuses naines prostrées (forêt de chênes verts nanifiés aux formes uniques et torturées) qui va jusqu'au rivage et constitue une formation remarquable unique, symbole du paysage unique allant de Jard sur mer jusqu'à la pointe du Payré, sera-t-il amené à disparaître ? Aidez-nous à demander le classement de ces formations uniques





La végétation de la dune de la Mine a mis des années à recoloniser le terrain. Elle est pourtant menacée par un projet de dune ouverte qui la livrerait au piétinement, compromettant des décennies d'effort de protection de la dune.






Nous veillerons à ce que les actions de Natura 2000 visant à privilégier l'habitat dune grise, ne se fassent pas aux dépens de l'habitat climacique des yeuses garant de la survie et de la protection de notre arrière-pays.

Seul rempart protecteur contre le recul du trait de côte, les bosquets d'yeuses en adaptant leur forme aux éléments, résistent au vent et aux embruns.


Nous lutterons pour que la forêt littorale boisée ne soit pas détruite par des apprentis sorciers qui refuseraient de prendre en compte les changements climatiques et la montée des eaux, pour favoriser la supposée croissance d'une seule plante la cynoglosse des dunes, quitte à lui sacrifier faune et flore existante, pour satisfaire des objectifs obsolètes, définis dans les années 2000 au niveau européen, de reconstruction d'écosystème hypothétique, en livrant la dune ouverte au piétinement et en éradiquant la forêt littorale.


Pourtant l'objectif de maintien des boisements climaciques fait également partie des objectifs définis par Natura2000, pourquoi serait-il, le seul à ne pas être mis en œuvre, serait-il fait une interprétation locale des objectifs définis ?


Quel résultat espèrerait-on obtenir en livrant la dune entière au piétinement, quand seulement trois mois de piétinement ont abouti à l'accès sud est au ravage de la végétation existante ?


S'il était permis d'en douter, témoins sont les effets de quelques mois de piétinement, sur une zone vierge de passage, et dans laquelle un nouveau cheminement avait été expérimenté.




Les hauts de falaise ravinés présentent l'aspect de certains endroits en direction du Payré, cette dégradation est pratiquement irréversible.

Suite à notre signalement en avril 2021, l’accès Sud-Est de la mine, vient enfin d'être protégé, le cheminement qui laissait un accès à la falaise a été supprimé. Mais la végétation de la dune durement éprouvée pendant la saison dernière va-t-elle pouvoir se reconstituer ?





Alors que l'accès sud-est de la plage de la Mine arbore une pancarte flambant neuve où figurent deux rutilants bosquets de chênes verts, ceux-ci ont été rasés, privant haut de falaise de protection et laissant la faune désemparée.





Les promeneurs soucieux de leur environnement aimeraient disposer d'un bac à marées afin de collecter leurs trouvailles polluantes, tel ceux mis à disposition sur la Côte sauvage au Nord de la ville des Sables d'Olonne.

On peut apprécier au vu du diamètre de taille que l'yeuse naine prostrée n'est pas un jeune chêne vert.


La faune désemparée cherche son habitat perdu.




Les coupes sont entassées pour boucher un accès voisin, constituant des déchets hautement inflammables.





Les ganivelles qui protègent la partie centrale de la dune sont enfouies dans le sable et de nouveau facilement enjambables, il est urgent de les renouveler avant l'été si nous ne voulons pas voir les dunes de nouveau envahies et piétinées pour pouvoir téléphoner avec un meilleur réseau, promener son chien, et autres activités humaines que nous vous laissons imaginer...





Du côté de l'accès principal, les ganivelles existantes ont été arrachées à divers endroits, créant de nouveaux chemins de piétinement sur les hauts de falaise, risquant de compromettre la survie des magnifiques bosquets protecteurs d'yeuses prostrées, patrimoine unique du Site de la Pointe du Payré à Jard sur mer.





La forêt est le poumon de la terre, elle absorbe le gaz carbonique, limite les effets de serre et nous fournit une énergie abondante, locale et peu couteuse. Protégeons-la, elle est garante de notre survie !

Par endroit, elle n'est déjà plus qu'une étroite bande menacée de disparition





14 views0 comments

Recent Posts

See All